Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.
Match de championnat
SPORTING CLUB BRIARD VOLLEY BALL
Les Luzardins 1 (NOISIEL)

2 3

Terminé

Les Givrés Briards VS Les Luzardins 1 (NOISIEL)

1S 16 - 25
2S 22 - 25
3S 26 - 24
4S 25 - 21
5S 7 - 15

Date

Jour du match mardi 05 juin
Heure du match 20H30
Heure de fin 23H00

Lieu

Gymnase Georges Brassens Rue Pierre Mendes France 77170 Brie Comte Robert

Aucune donnée disponible sur l'adversaire.

Les Luzardins 3-2 Les Givrés
 
Retour vers le futur…
 
Phénomène unique en son genre, au SCB Volley, je vais vous présenter un match qui a lieu… ce soir.
Et oui ! On repousse les frontières du réel et on vous propose un résumé du match de ce soir. On est comme ça, c’est pour nous, c’est cadeau…
 
Et comme on ne cesse de repousser les limites du conventionnel, je vous présenterais ce match, non pas set par set, mais dans son ensemble.
 
Le score, tout d’abord : 25-16, 25-22, 24-26, 21-25 et 15-7.
 
Ce match, c’est un peu le tie break en finale de Roland-Garros. On l’attendait comme le défi ultime d’une saison riche en émotions et en rebondissements.
On ne sera pas déçu ; les émotions et les rebondissements seront au programme.
 
On a sué, on en a bavé, on a morflé et on s’est relevé.
Je vois déjà les pragmatiques de service qui se disent «  beau match, encore. Mais défaite, encore également ». C’est vrai. On échoue une nouvelle fois dans un match important et relevé.
Mais à cela, je répondrais : Qui aurait parié sur un tel résultat, en septembre dernier ? Qui aurait misé 10 balles sur le parcours qui fut le nôtre, cette saison ? Qui, en fait, croyait véritablement et honnêtement en nous, cette saison ?
 
On est bien d’accord, le résultat déçoit tout le monde, mais surtout pour ce qu’il est – une défaite. En revanche, ce même résultat, symptomatique de notre parcours, tout au long de cette année est une belle satisfaction… au moins pour moi.
 
Le match de ce soir, c’est l’archétype de ce que nous avons été cette saison : Toujours à la peine en début de match, on s’est souvent fait prendre à froid. Du coup, soit on se faisait une frayeur contre une équipe moins aboutie, soit on le payait cash en concédant le 1er set.
 
A ce moment là, on attaquait le 2ème set avec beaucoup plus de hargne. Les corps désormais bien échauffés, l’esprit est définitivement tourné vers la compétition et on lance (enfin) notre match. Là encore, en fonction du répondant de nos adversaires, la chose était plus ou moins aisée.
 
Arrive alors le 3ème set. Le set ultime à tout point de vue. C’est celui qui peut prématurément sceller un match ou, bien au contraire, relancer complètement une partie. A ce jeu là, nous avons très souvent su nous montrer digne des challenges et inverser des tendances peu favorables ou, au contraire, entériner le capital engrangé sur les sets précédents.
 
Les 4ème et 5ème sets ne sont alors plus que le prolongement de ce qui s’est vu lors des précédents. Hormis un exceptionnel retournement de situation, la tendance qui s’était dessinée en début de match, trouve son épilogue logique avec au moins l’un des deux derniers sets.
 
Le match de ce soir résume bien cette logique. Mais pas que, loin de là. Le match de ce soir est beaucoup plus que cela. Il est l’aboutissement d’un travail collectif et absolument inimaginable en début de saison.
Il nous montre les domaines ou l’on pêche. Et il y en a (forcément, sinon le score ne serait pas celui là). Mais il nous montre surtout cette progression énorme entre le début de saison et aujourd’hui.
Quand on regarde la saison qui est pratiquement écoulée, maintenant, et que l’on se concentre sur des étapes clé, on se rend compte de cela…
Depuis notre premier match, face à la Go Team jusqu’à ce soir, en passant par nos victoires (au forceps) contre Villecresnes, la qualification dans la douleur, en coupe contre Champs sur Marne, notre déroute, 3-0, en match aller contre les Luzardins, notre « revanche » héroïque en ½ finale, etc …
 
Avec cette vue d’ensemble, j’en arrive à un sentiment de satisfaction. Pas par la défaite (j’fais pas dans la médiocrité et vous le savez), mais par le contenu et l’avenir qui semble découler de celui-ci : On est cueilli à froid au 1er set, on doit concéder le 2ème set également et malgré cela, personne ne lâchera. On bataillera pour aller égaliser à 2-2 et s’offrir un Tie break.
Comme sur le reste de la saison, on a été exemplaire.
On peut bien ressasser les petites erreurs techniques, ça et là, ou les baisses de vigilance qui nous coûtent quelques points faciles. Cela n’enlèvera rien au seul constat qui doit ressortir de ce match : Les Givrés ont un bel avenir devant eux (dès lors que cet état d’esprit reste le moteur de l’équipe).
 
Une petite brève sur le match en lui-même.
 
Que nous a-t-il manqué, finalement ?
De la fraicheur, en premier lieu. Les joueurs plus ou moins diminués par des blessures ou ceux qui ont, tout simplement dû déclarer forfait sur cette rencontre sont symptomatiques de l’usure de fin de saison.
Le même état d’esprit avec 4 mois d’avance dans le calendrier et le match était complètement remanié.
 
Un peu de communication et de vision de jeu aussi, sans doute. Quelques points perdus bêtement par manque de comm’ ou parce qu’on a voulu finir l’échange trop vite. A ce stade, c’est du petit lait pour un adversaire qui n’a pas besoin de cadeaux pour remporter ses matchs.
 
Enfin, si je devais trouver une dernière raison, je penserais sans doute à quelques carences techniques.
Mais ça, ce n’est pas effrayant puisqu’il suffit d’un peu d’entrainement pour les combler et je me vois mal demander encore plus à une équipe qui a déjà énormément progressée, tant individuellement que collectivement.
Là, il faut juste un peu de patience et de soutien, de la part des plus expérimentés. Dans quelques mois, ce sera un jeu fluide avec passeur pénétrant, pointu et libéro qui sera au programme… ;-)
 
Pour conclure sur cette rencontre, je suis satisfait (même si on aurait pu espérer mieux) de ce match. On a bataillé, on s’est éclaté et on a dû s’incliner face à un adversaire qui a su adapter son jeu.
 
Toujours plus fier d’être un Givré, quoiqu’il arrive…

Les statistiques ne sont pas visibles pour cette rencontre.